Jugement et non-jugement

Pas une nouveauté d’écrire sur le jugement

Dès 2012, j’écrivais un article sur le jugement facile qu’ont les gens sur les autres.

Voir article de La Renelle

«Je remarque que le jugement se porte sur tout.  Tout le monde a une idée précise de ce qu’est la vérité ! On juge quelqu’un de laid ou de gros; on se base sur quoi exactement? Sur les fameux critères de la société qui changent au gré des modes?»
La pratique du non-jugement
Non jugement, c'est le bonheur
Tels que nous sommes…

Imaginez un monde où chaque personne est acceptée comme l’est, sans jugement sur son physique, son esprit, son être. Ne serait-il pas merveilleux ?

Je lisais hier dans «Sois toi et change le monde» que le jugement est l’opposé de la gratitude.

Essayez d’avoir de la gratitude quand vous jugez une personne grosse ou stupide. Difficile n’est-ce pas ?

Pratiquer le non-jugement parce que oui, c’est une pratique et un jour, ce sera un acquis, n’est pas nouveau pour moi. J’avoue ne pas le mettre en pratique à tous les jours mais quand même, j’ai le réflexe de me dire, qui es-tu pour juger ainsi ? J’ai alors de la gratitude envers ce jugement puisqu’il me fait prendre conscience que je suis en dehors du non-jugement.

Juger et pardonner

En 2012, j’écrivais ceci :

«Je ne peux pardonner le jugement d’un inconnu et même d’une amie, c’est son jugement et non le mien.»

Je peux me pardonner de juger parce que oui, j’ai jugé amplement dans ma vie. J’ai aussi ce merveilleux réflexe de me dire : qui es-tu pour juger ?

«Tu ne peux juger une personne tant que tu n’as pas marché un mile dans ses mocassins.»

Mon père disait et le dit encore cette superbe phrase. On ne sait pas ce que la personne en face de nous a vécu ou vit.

les autres qui jugent

Lorsque nous recevons un jugement d’une autre personne envers nous, nous pouvons accepter le point de vue de l’autre ou être en résistance et confronter. Dépend de l’énergie que vous voulez mettre sur ce argument.

Premièrement, ce jugement, est-ce qu’il t’appartient ? Non, alors que peux-tu faire pour le changer ? Rien, il ne m’appartient pas. Est-ce que je veux qu’il m’affecte, me blesse ? Bien sûr que non ! Alors, que vas-tu faire ?

Tu pourrais décider de ne plus parler à cette personne mais tu es encore en résistance comme lui répondre, être en colère.

Ou bien, tu peux juste dire : ton jugement est un point de vue intéressant mais… seulement si j’avais ce même point de vue. Ce n’est pas le cas et on laisse aller le jugement et on le retourne à la lumière. Aucune résistance, aucune perte d’énergie ou de temps.

Je sais. Ce n’est pas toujours aussi simple puisque c’est ainsi que nous avons appris : ça ne se fait pas en criant peanut ! Ici aussi, c’est seulement un point de vue que nous avons accepté comme une réalité pour nous. Et si, cette réalité était différente ? Et si, on pouvait, ici, maintenant, décider de changer cette réalité ?

Se demander ceci, nous amène en entrevoir les possibilités qui s’offrent à nous. Posez vous la question. Et si, ma réalité pouvait être différente ?

Renée, votre praticienne BARS®

Pour en apprendre davantage sur Access Bars®

Une réponse sur “Jugement et non-jugement”

Les commentaires sont fermés.