Sabotage à bord

Je suis simplement estomaquée.  Je viens, là, aujourd’hui de prendre conscience que je fais du sabotage sur ma conscience, mon instinct.

«fiter» dans le moule

Voilà.  Une réponse simple et dérangeante.  Par peur de passer pour une hurluberlue, je sabote ce qu’à l’intérieur de moi, est puissant, magique.  Je possède un instinct incroyable ! Oui ! Incroyable.

On l’a déjà «mesuré» par des tests psychométriques et de personnalité, le résultat : je suis mon instinct à 97 % du temps.  Ciboire.  L’instinct fait partie de mon quotidien.  Pis quand je me mets dans «marde», ben c’est parce que je fais le maususse de 3 %.  Simple de même !

Comment je fais le sabotage ?

Simplement en disant que l’instinct, c’est rien d’ésotérique, c’est analytique, cérébrale. A Y O Y E !  Pas plus tranchant dans mon être intérieur et constitué d’énergie, de magie ?

On ne peut pas avoir meilleur sabotage que ça.  Je dirais ben que ça me scie les 2 jambes mais je tiens à mes jambes. C’est fou comment je pouvais mettre des mots sur quelque chose, à la base, je respecte, j’utilise au max, pour le rationaliser et, bien paraître en société. Il m’a suffit d’une simple lecture de Sois toi et change le monde.

Outragée ? Oui mais…

Mon premier réflexe a été de me traiter de nouille ben épaisse! Et, je ne l’ai pas fait parce que je ne laisserais pas une amie me dire ça.

Après avoir repris mon souffle, j’ai réfléchis. Encore réfléchis.  Je déteste être dans un moule et je me suis insérée dans cette petite boîte appelée mental de métal.

J’ai poussé un immense soupire.  Me suis mouché le nez parce que les larmes sont venues à mes yeux et un cri incroyable s’est logé au fond de ma gorge.  J’ai hurlé silencieusement, je suis en public.  Sourire.

Je fais quoi ?

Et maintenant, je fais quoi de ce sabotage, de cette limitation ?  J’ai décidé de le crier sur les toits du monde entier, écrire ce texte et le publier.  J’ai ressenti un désir profond de dire au monde que, mon instinct, c’est magique !  Mon instinct, c’est fabuleux, il m’accompagne depuis que je suis petite !  Mon instinct, c’est mon être intérieur qui me parle et que j’écoute comme si on chuchotait à mon oreille.

Honorer mon moi

Je me suis promise en début d’année, genre le 9 janvier, de m’honorer le plus souvent possible pour que ça devienne chose courante.  De dire que je m’aime.  De me trouver belle et dieu soit témoin que mon amoureux me le répète sans arrêt !  Une chance qu’il est dans ma vie ! Il est comme un panneau publicitaire qui me dit : Heille !! té belle !  Arrête de te détester, de t’abaisser. 

Mon amoureux m’a déjà dit : «Si seulement, tu pouvais te voir comme moi je te vois, avec mes yeux».  J’ai ressenti tellement d’amour dans cette phrase, que je lui ai répondu : «oh oui, j’aimerais vraiment !»

C’est le temps ou jamais

Donc, aujourd’hui, je prends le temps de le dire : je suis une personne sensible, merveilleuse qui possède un instinct infaillible.  Je ne suis pas une hurluberlue, c’est mon point de vue et si le vôtre est différent, c’est ben correct !

Absence de jugement
hurluberlue, magicienne, sorcière
Suis-je une hurluberlue ?

Je réalise que même si je pratique le non jugement de plus en plus, je continue à me juger d’hurluberlue, à ne pas vouloir en être une.  De vouloir convaincre les autres, je voulais avant tout me convaincre.

Je réalise que l’absence de jugement, de sabotage doivent passer avant tout, par moi envers moi.  Dès l’instant que cette peur d’être jugée comme une hurluberlue, je pourrai affirmer mon immense pouvoir avec cet instinct magnifique et incroyable.

Et, aussi, plus important, de respecter ce qui s’est passé, d’avoir aussi de la gratitude envers ce ressenti.  Sans lui, je ne comprendrais pas ce que je comprends, ici et maintenant. 

« J’ai alors de la gratitude envers ce jugement puisqu’il me fait prendre conscience que je suis en dehors du non-jugement. » de Jugement et non-jugement

L’émotion de la petite fille en moi explose de joie, elle hurle : «enfin» !! Enfin, je prends conscience de cette limitation envers moi-même, pas juste l’instinct pis l’hurluberlue mais également sur mon pouvoir en tant qu’être infini ou ben simple, de magie.  Que vous pensiez à sorcière ou elfe ou de diseuse de bonne aventure, ce n’est qu’un point du vue !

Écoutez-vous votre instinct ? Quoi d’autre est possible ?

Renée

L’esprit et son ouverture sans avoir l’air fêlée

L’ouverture d’esprit est différente d’une personne à l’autre.  Pour certains, l’ouverture est si grande que.. ça fait peur autant que ceux qui ont peu d’ouverture d’esprit.

Découvrir l’ouverture avec l’énergie

Grâce à l’ouverture, tu découvres l’énergie, celle même qui habite nos cellules, tu découvres un nouveau monde.  En fait, pas si nouveau puisqu’il a toujours été là depuis que le monde est monde mais, disons plutôt invisible à notre vision.  Mais l’émerveillement de cette découverte te mets dans un tel état de bien-être que tu veux partager ton trésor avec tout le monde.  Et c’est là, le risque d’avoir l’air fêlée !

Alors, commençons avec le début

découvrir l'énergie
L’énergie qui vibre…

Tout le monde le sait maintenant que nous sommes constitués d’énergie, nous sommes tous constitué de cellules qui vibrent ensemble et crée la dimension que nous pouvons voir, toucher.  On ne s’arrête pas vraiment à savoir si la chaise sur laquelle je suis assise est constituée de cellules, de leur état, de leur amas d’énergie ou de leur vibration.  Une chaise, c’est une chaise et ça sert à s’asseoir.  Bref, on cesse de voir l’infiniment petit de chaque objet, ce serait probablement trop d’information à gérer pour notre mental.

Donc, pourquoi parler d’énergie ?

Parce que l’énergie, pour moi, est un symbole de mouvement, d’être dans l’action, suivre un courant, un flow.

Contrairement à stagner, être figé, cristallisé, rester au même niveau.

Pour moi, parler d’énergie, c’est avant tout, honorer la vie, ce flow d’énergie qui circule en moi.  C’est faire partie d’un grand tout, l’univers.  N’est-ce pas merveilleux de croire que l’on peut interagir avec les énergies de cet univers comme mes fesses le font avec ma chaise présentement ?

Ne serait-il par fascinant d’avoir accès à ce pouvoir énergétique et de faciliter ainsi notre vie ?

Imaginer, que par la pouvoir de notre pensée, de notre conscience intérieure nous puissions demander, récolter, distribuer l’abondance d’énergie de l’univers.  Imaginez toutes les possibilités qui s’offriraient à vous !

Se connecter avec sa conscience intérieure

L’une des premières étapes, je dirais même la plus importante est de se reconnecter avec notre conscience intérieure, ou notre instinct si vous comprenez mieux avec ce mot, et de se déconnecter de notre mental, notre directeur de la raison.

Une façon simple de se connecter avec soi-même, est la respiration.  Se concentrer sur sa propre respiration, sans pensée.  Je le sais ben que des milliers de pensées vont se bousculer dans votre tête et vous donner l’impression d’être dans concert avec de la musique non stop.  Je sais parce que, je suis passée par là et malgré la pratique au fil du temps, ça revient.  Comme quoi, rien n’est acquis totalement.  Il faut de la pratique, comme quand on essaie de faire du vélo, on se pratique pour obtenir l’équilibre nécessaire pour avancer, ben c’est la même chose avec la respiration, la méditation, le taichi, le yoga, dire un mantra ou une marche en forêt.  L’important est de trouver la façon qui nous parle le plus, qu’on se sent bien en la faisant, et de pratiquer.

Au fil des connections, on entend mieux notre moi intérieur se manifester.  Se connecter avec son moi, c’est se connecter à l’énergie de l’univers, à ce tout.  Je dis univers mais si pour vous Dieu est plus adéquat, c’est aussi parfait !

Léger ou lourd ?

L’important est d’être bien avec les mots qu’on utilise, les pratiques, les mantras.  Quand on se sent bien, on se sent léger dans notre plexus puisque c’est une vérité pour vous.  Quand on se sent pogné, mal à l’aise comme si on faisait une crise d’anxiété, ben, ça veut juste dire que ce n’est pas pour vous, c’est lourd alors c’est un mensonge pour vous.  Simple de même, rien de sorcier.

Oser parler avec l’univers

Est-ce que je parle avec l’univers, oui.  Depuis toujours d’ailleurs mais, différemment depuis quelques mois.  C’est plus de l’intérieur vers l’extérieur de ma cage thoracique et non de mon mental qui analyse tout.

C’est aussi écouter son instinct, croire en lui, croire en soi, faire confiance. Oh! Sujet délicat qu’est la confiance.  Je peux vous dire que si c’est léger, vous pouvez avoir confiance.

La confiance apporte l’abondance.  La gratitude nous ouvre à l’abondance et l’attire comme un aimant.

S’ouvrir, c’est d’abandonner ces peurs qui nous empêchent d’être plus que qu’est-ce que nous sommes aujourd’hui.  C’est de permettre à notre conscience de s’élever sans crainte de jugement de la part d’autrui.  C’est atteindre le bien-être ici et maintenant.

Quelle énergie désires-tu être pour atteindre ce bien-être intérieur, ici, maintenant ?

Laissez l’univers vous répondre.

Méthode pour aider à vous ouvrir : Access Bars®

Article sur l’énergie des mots avec Renelle

Note au lecteur : Je vous reviens avec la conscience et l’espace, du non jugement et si vous ne les connaissez pas : les accords toltèques et encore plus de ceci.

Les limites du corps

Limites tangibles

Nous définissons notre vie à partir des limites corporelles. La perception envers notre corps crée celle que nous avons de l’univers, tangible.

Tout ce ce nous touchons est tangible, ce que l’on voit est défini comme réel. Tout notre espace nous semble défini et palpable.

Plus petit que soi

L'énergie au plus petit
L’infiniment petit

Et si, nous retournions à la base même de la vie. Encore bien plus petit que l’on pense, l’atome. Notre corps est constitué d’atomes, comme la table ou la chaise. Non seulement, sommes nous un amas d’atomes interagissant entre eux mais aussi tel un univers particulier pour chacun de nos corps.

L’univers est, elle aussi, constituée d’atome. Pourtant, lorsqu’on regarde le ciel, il est abstrait, on peut respirer l’air mais on ne la voit pas à l’oeil nu. On n’y voit pas de limite au ciel, l’espace contenant les astres, constellations, systèmes solaires.

Pourquoi alors une limite corporelle ?

Si nous sommes aussi constitués d’atomes, pourquoi aurions-nous cette limite corporelle qu’on imagine ? Plutôt qu’on voit. Et si, notre être était plus grand, plus infini que nous l’imaginons ?

On dit souvent que notre âme habite notre corps. Je ne crois pas que notre corps ait la capacité à contenir complètement notre âme, elle est infinie, sans limite. Notre corps fait partie de notre âme sur cette terre, dans cette vie.

Si notre conscience/âme/être était en fait, aussi, infini ?

Aucune limite

ouverture sans limite
S’ouvrir sans limite

Si notre être est infini, fait partie même de l’univers, imaginez que nous puissions interagir avec les atomes de cet univers ? Imaginez les possibilités qui s’offriraient à nous avec cette ouverture vers l’infini ?

Qu’est-ce qui nous empêche d’être totalement soi et infini ?

Nos barrières, nos limites, nos croyances, ce que nous acquérons depuis notre enfance comme étant vrai, réel, tangible.

Découvrir la clé avec Access Bars®

Depuis que je suis toute petite, je m’imagine éblouir de l’intérieur et éclairer le monde de bonté, de joie. Et si, pendant ces instants, j’ai vraiment éclairé ce monde ?

Et si, on se permettait, aujourd’hui, d’y croire. Croire que nous pouvons modifier l’énergie autour de nous pour rendre un monde meilleur ? Et si, croire en l’énergie, l’univers commencerait à travailler avec nous, pour nous ?

N’est-ce pas un point de vue intéressant ?

Renée

Autres lectures suggérées : access Bars®